AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Mer 1 Oct - 20:05

    P R I V E
    Lune C. Eleonor


    L’ombre de ce qu’il semblait être Sean se déplaçait, de façon si féline et gracieuse, qu’on ne pouvait que le regarder. Heureusement il était seul, comme d’ordinaire j’ose dire. Ses pas étaient parfaitement inaudibles, on s’en demandait si ses pieds touchaient le sol tellement il était silencieux. Même sa respiration ne se faisait pas entendre. Il aurait très bien put ne pas être là que sa aurait été là même chose. Ses cheveux blonds se bataillaient sur sa tête, quelques mèches venant à tomber sur son front détendu. Bien qu’il ait l’air tout à fait tranquille, vous n’imaginez – et n’imaginerait sûrement jamais- l’ampleur de la lutte qui avait lieu à l’intérieur de lui. Ses yeux normalement d’un bleu si pur qu’on aurait pu y lire une fausse inoffensivité, étaient, à ce moment précis, noir comme l’encre, peut être même pire que l’ébène. Il avait soif, beaucoup trop pour garder le dessus sur l’être qu’il avait au fond de lui. Cet être malveillant, ce tueur né, qui n’était autre que sa double personnalité. Sauf que lui, il préférait dire de loin qu’à part son physique, il n’y avait rien entre eux. Compliqué ? Pas tant que sa, il suffit de prendre le temps d’y réfléchir. Les narines du jeune homme, ou jeune monstre comme certains pourraient dire, remuaient quelques peu, signe qu’il humait l’air, sûrement à la recherche d’une proie. Humaine, animal ? Une odeur appétissante – bien moins qu’une de celles que portent les humaines – vint caresser son sens olfactif, réveillant ses sens.C’est alors qu’il sembla se contracter légèrement, silencieux comme une tombe, déterminant la position de l’animal qui ne vivrait plus bien longtemps désormais. Sa langue passa lentement & légèrement sur ses lèvres, totalement imperturbable, la chasse était ouverte.

    Ses yeux avaient reprit leur couleur bleue lorsque nous retrouvâmes Sean, essuyant du revers de sa main une goutte rouge sur son visage qui aurait put éveiller les soupçons s’il venait à rencontrer quelqu’un. Sa présence dans les bois ne passaient pas inaperçus : Les oiseaux s’étaient tut, et même les arbres semblaient avoir peur de bouger leurs feuilles. Ce qu’il pouvait haïr cette sensation d’être craint…Autant qu’il pouvait l’aimer par moment. Le corps d’un animal désormais inerte gisait non loin de lui, qui c’était mis à écouter attentivement le silence bien trop pesant. De lui ne ressortait que froideur, distance, et peu d’humains l’approchaient, une forme d’instinct de survie peut être. Pourtant, il en faisait des efforts monstres pour que les accidents se fassent rare avec l’espèce humaine. Mais leurs odeurs, si enivrante, si douce, si coloré… C’était tellement tentant, et plus il réprimait ses instincts, plus ceux-ci devenaient une obsession à ses yeux, et plus son autre lui pouvait prendre le dessus. Après avoir rapidement passé sa main dans ses cheveux blonds, Sean rangea ses poignes dans les poches de son vieux jeans, et rabattu la capuche de sa veste blanc immaculé sur sa tête, si bien que lorsqu’il baissa cette dernière, on ne pouvait plus voir grand-chose de son visage. Mais de lui émanait toujours la même froideur. C’était comme si, tout autour de lui, plus rien ne vivait, que tout était gris, noir, fade. Cela pouvait entraîner la curiosité de certains, mais beaucoup préférait éviter son chemin comme dit précédemment. Cela ne faisait pas bien longtemps qu’il était en ville, et, heureusement, il n’avait pas encore croisé le chemin de Seth, à qui il devait obéissance. Il n’avait jamais supporté de devoir obéir à cet homme, enfin, ce Dieu, mais ce dernier savait comment le faire réagir, que ce soit l’autre Sean qui assouvisse ses ordres. Cela faisait un moment qu’il ne lui avait rien demandé, et sa, il ne s’en plaindrait pas, loin de là.

    Bref. Il recommença à marcher, toujours plongé dans un silence de mort. C’était un peu comme sa qu’il se considérait de toute manière. Il n’était pas humain, ni vivant, mais pas tout a fait mort, bien qu’il dise le contraire. Son age devait faire le quadruple du votre, il avait eu le temps d’y réfléchir. Tout ce qu’il y avait de bien, c’est qu’il avait une patience tout épreuve après ses années, ses siècles de passés. Un nouveau bruit attira son attention, comme si quelqu’un, ou quelque chose, s’amusait à pousser des buissons pour arriver au chemin où il était. Les yeux désormais bleus de Sean se tournèrent dans une direction, celle d’où provenait le son, à n’en pas douter. Seulement, les pas de l’autre semblaient bien pressés, comme si la personne en question courait. Fuyait-elle quelque chose ?

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune C. Eleanor

avatar

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 17/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Sécrète un poison contaminant par simple contact physique
RelationShips.:
Are You In Danger?:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Mer 1 Oct - 23:10

    La nuit ? Déjà ? Avait-il vraiment passé toute la journée assoupi dans la forêt ? Si c’était le cas, dans quel était pouvait-elle être ? Cela ne faisait que quelques jours qu’il avait découvert son don… Sa malédiction. Ne sachant pas maîtriser ces soubresauts d’excitation qui laissaient échapper de ses mains une substances délicate et invisible il tuait facilement les êtres alentours. Ce n’était ni plus ni moins qu’un poison dévastateur. Ces poisons que l’on ne connaît pas encore et qui sont plus malins encore que ceux des plus terribles serpents. Lune avait remarqué, sans la moindre once d’espoir que la lune ne luisait pas de cette si douce clarté qu’elle avait l’habitude d’adopter.

    Quelle était cette sensation ? Cette conscience absolue de la vie d’autrui ? Comme s’il pouvait entendre les cœurs des animaux battre, la vie des plantes se propager de leurs racines à leurs plus hautes feuilles… Etait-ce là de la sève qu’il entendait couler ? Cet élan de vie dans un arbre le satisfaisait. Complaisant il voulut tester son pouvoir. Sans le contrôler il savait très bien qu’une pression prolongée sur l’arbre finirait par déclencher ses aptitudes. Ainsi, se collant à l’arbre il songea à l’envie suprême qu’il pouvait ressentir à cet instant et en un plaisir morbide qu’il prendrait à regarder l’arbre mourir. Sadique ou non, ce n’était plus la question, il fallait qu’il trouve comment fonctionnait ce fichu cadeau empoisonné du Destin. Quand il sentit le fluide de poison perler à ses mains il sourit, il comprenait petit à petit comment son don pouvait fonctionner, cette capacité si dévastatrice ne pourrait jamais lui servir dans d’autres conditions mais après tout pourquoi ne pas essayer ? La substance bleuâtre pénétra l’arbre avec une vigueur toute nouvelle, peut être – pensait-il – que son désir avait déclenché cette variation dans la façon d’agir de son poison. La chair marron de l’arbre absorba le poison et quasi instantanément la couleur des feuilles se fana, les branches devinrent plus chétives comme si l’automne avait sévi avant l’heure. Fantastique c’était le seul mot qu’il trouvait à penser. Que les effets dus à sa capacité soient aussi virulents et rapides lui plaisait énormément.

    Soudain un hurlement, un cri de bête. Un ultime jappement se fit entendre. Un animal venait d’être assassiné et ce n’était pas par lui, de toute évidence. Il fallait soit déguerpir soit combattre. Sa pratique des arts martiaux était très bonne mais contre un tueur de sang-froid il ne ferait pas le poids, son don n’étant pas encore sous contrôle il valait mieux éviter l’affrontement. Il se mit à courir, comme il n’avait encore jamais couru. La forêt défilait sous ses yeux, mais bientôt ce ne fut plus les arbres qu’il vit se rapprocher, ce fut le corps d’un jeune homme. Et si c’était lui ? La panique le saisit soudain et si c’était un serial killer ? S’il voulait sa peau ? Et si… Si son don ne réagissait pas ? Et pire encore si l’autre avait un don aussi ? Un don plus puissant que le sien.


    Lune » Que faites-vous là ? C’est vous qui tuez des animaux ?

    Son ton était glacial, empreint d’une fausse assurance imperceptible. Il parlait toujours aussi impersonnellement mais cette fois-ci, le but de la manœuvre n’était plus de s’enfuir, il voulait les réponses à ses questions. S’il fallait pour cela tuer ce type, il lui administrerait la dose maximale. Il avait depuis déjà quelques jours comprit que la quantité qu’il déversait augmentait ou au contraire abaissait le niveau de la douleur. Trop tuait, pas assez faisait juste des maux de ventre. Mais il n’avait encore jamais essayé avec un humain, peut être que même la dose maximale ne tuerait pas un organisme aussi complexe ? Quand bien même pourquoi le tuer ? Une dose forte de poison le clouerait sur place pour des jours. Faire face était la seule solution.


[Désolé c'est pas top...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Jeu 2 Oct - 20:40

    [Non non c'est parfait =D Moi la par contre..=.=' ]

    Les rayons lunaires donnait à la peau blafarde du vampire des airs cadavériques, et ses yeux si bleus en devenait presque blanc, un bleu pâle envoûtant, mais surtout déroutant, on ne voyait que très rarement ce genre de couleur, on aurait même put juré qu’il possédait des lentilles. Allez savoir pourquoi, la lune avait toujours ce joli effet sur ses iris bleutés. Mais il fallait tout de même avouer que cela donnait un certain charme mystérieux à Sean, dont les cheveux blonds étaient également éclaircis par la boule argentée du ciel. Le jeune vampire n’avait pas cessé de fixer la direction d’où provenait le bruit, nullement inquiet, juste très légèrement sur ses gardes. Dans le fond, tant que ce n’était pas l’un des siens, il n’y aurait peut être pas de problèmes. Sean n’avait jamais eu de superbes relations avec les buveurs de sangs, ces derniers ne comprenant pas certains de ses idéaux. Mais cela ne lui manquait nullement, la compagnie, tout sa, il avait apprit à s’en passer, et honnêtement, au départ, sa n’avait pas été chose facile. Lui qui était si sociable avant que les crocs d’un inconnu ne se plante dans sa peau désormais des plus glacials. On pourrait geler rien qu’à la frôler. Une fois, on lui avait même proclamé que son contact donnait une impression de choc électrique tellement il était anormalement froid de peau.

    C’est alors que l’inconnu à la douce odeur humaine, odeur qui avait toujours caressé les narines du vampire de façon tentante & délicieuse, se montra. Il s’agissait d’un homme, plutôt jeune d’après son physique musclé & son visage. Il possédait des cheveux noirs mis longs, qui ressortaient bien brillants grâce à l’effet lunaire. Sean ne manqua pas les yeux bleus de Lune, qui était tout de même plus foncés que les siens. Un instant perdu dans sa contemplation, il restait néanmoins tout à fait attentif, et plus détendu que lorsqu’il ne le voyait pas. Des arts martiaux ? On va dire que Sean savait se battre bien, grâce à ses réflexes & à sa dextérité que lui apportait son état vampirique. Il était dur de lui échapper lorsqu’il était en chasse, voir presque impossible dans certains cas. Aillant l’habitude de penser avant d’agir, il arrivait bien sur des imprévisibilités qui pouvaient le surprendre. Sean sentait les battements de cœur du jeune homme, celui sembla tout d’abord légèrement paniqué en le voyant. Lui faisait-il peur ? Cela ne l’étonnerait pas. C’est alors que l’inconnu daigna ouvrir la bouche, bien que le vampire aurait préféré qu’il passe son chemin sans un regard envers lui. La froideur & l’assurance dont l’autre faisait part dans son ton lui serait sûrement rendu. Si c’était lui qui tuait les bêtes ? Parfois oui, parfois non, il n’était pas seul coupable. Les siècles lui avait apprit à mentir avec perfection, et surtout, à inventer de façon rapide ses contrevérités.

    « Les tuez ? Bien sur que non ! J’ai entendit un hurlement animal, et vu ce que l’on raconte sur cet endroit, j’ai accouru pour voir ce qui avait provoqué cela. Mais à première vue, nous sommes deux, dans ce cas là. »

    Le ton de Sean avait été des plus glacials. Le timbre de sa voix était jeune, masculin, plutôt agréable à entendre, si il n’y avait pas cette froideur à l’intérieur. Si l’inconnu voulait des réponses à ses questions, il était réellement tombé sur la mauvaise personne. Sean ferait tout pour ne lui donner aucun renseignement, surtout que sur le coup, c’était de sa faute si l’homme était là. Discrètement, le vampire huma l’air, et un léger frisson ne résista pas à traverser son dos musclé à l’odeur du jeune homme. Légèrement masochiste de se tenter tout seul ainsi, mais il n’avait pas vraiment résisté à le faire. Sean résistait plus ou moins à toute sorte de torture. Pour cause, Seth le maltraiter chaque fois qu’il lui désobéissait, et après la torture d’un Dieu aussi puissant, il était plus dur de le faire hurler. Déjà qu’avec son sois disant patron, qui tenait plus de l’esclavagiste, il retenait le plus de sons possibles. Sa force mentale était assez impressionnante, mais son physique ne suivait pas toujours sa tête. Tuer un vampire se montrait compliqué, car le seul moyen de le faire était de leurs couper la tête, et encore sa, il fallait le savoir. Les humains, les vrais vivants, avaient inventés toute sortes d’idioties vis-à-vis des sangsues qu’ils étaient. Déjà, la religion c’était servit d’eux, criant à qui le voulait que les insignes religieux les repoussent. Ensuite il y avait cette histoire, celle qui disait qu’il brûlait au soleil. Sa n’avait servit qu’a rassurer la population. De plus, les vampires étaient visibles sur photos & dans les miroirs.

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune C. Eleanor

avatar

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 17/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Sécrète un poison contaminant par simple contact physique
RelationShips.:
Are You In Danger?:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Sam 4 Oct - 20:33

    Le mensonge, rien n’était plus identifiable que le mensonge. Personne ne mentait mieux que lui, du moins personne qu’il n’ait rencontré. Les gens le prenaient tellement facilement pour un gentil qu’il s’amusait à le leur faire croire. Il n’y a rien de plus amusant dans ce petit monde que la désillusion, faire perdre sa candeur à un enfant en lui révélant des secrets qu’il n’était pas supposé connaître avant des années, révèle de la méchanceté pure, mais quand on sait mentir cela paraît facilement comme une bonne action. Mentir est un don, être hypocrite un choix. Mais être hypocrite par choix relève de l’exercice pur et dur. Quand vous comprenez que l’hypocrisie est de mise dans une société sans pour autant penser jouer les fourbes, vous n’êtes qu’un piètre menteur, quand vous êtes hypocrite en pensant être un bien faiseur, là vous êtes bon pour vous mentir à vous même. Mais quand, et c’est le cas de Lune, vous mentez pour vous amuser et que vous êtes hypocrite par pure envie, vous êtes un maître en la matière. Et là, mentait-il, ce bel inconnu ? Sa voix ne mentait pas, mais, la logique voulait que ce soit lui. Aucun autre homme n’était dans les parages, aucune bête assez forte ne montrait le bout de son museau. Et ils étaient seulement deux. Or ce n’était pas lui qui avait tué la bestiole ce ne pouvait être que l’inconnu.

    Lune » Si ce n’est toi c’est donc ton frère.

    La Fontaine ? Qu’est ce que venait faire ici un poète français d’un siècle oublié ? L’accusation était grave, mais aussi stupide soit la phrase Lune maintenait ses dires. De toute façon il n’avait pas à avoir peur, personne ne serait assez dingue pour tenter de le tuer pour une accusation, poétique de plus. Ses nerfs étaient à vif et sans s’en rendre compte il avait laissé s’échapper un peu de son venin, maintenant qu’il voyait le sol à ses pieds il comprenait, son venin avait une sorte de volonté, il avait créé un cercle pour le protéger, répondant à certaines peurs cachées. Alors comme ça le venin se répandait à volonté ? Voilà qui pouvait être très intéressant. Pouvait-il le diriger une fois hors de son corps ? Décidément cette capacité étrange n’était que problème et question. Il appela mentalement le poison à se répandre jusqu’à l’arbre, bientôt il sentit une sensation de mort, l’arbre jaunissait puis se mourrait en silence. Sur le sol il y avait une sorte de tranchée d’herbes mortes.

    Reportant son attention sur l’homme en face de lui il chercha à capter sa vie. Comme il sentait celles des arbres, il cherchait son pouls, sa chaleur, sans rien trouver. Comme c’était étrange, son poison lui même semblait se rebiffer à aller l’attaquer. Pernicieuse sensation que celle d’être impuissant face à une personne que l’on pensait tellement fragile. Son poison devait faire des vérifications. Il l’envoya mentalement en direction du jeune homme avec pour seule interdiction que celle de le toucher. Il tâtait juste le terrain. Quand sa ligne meurtrière revint à lui et qu’il apprit ainsi que l’inconnu ne dégageait définitivement aucune vie il sentit en lui la panique monter. Le cercle de poison s’élargissant par là même.


    Lune » Que… qu’êtes… vous ?

    Les yeux emplis de terreur il n’osait plus bouger, plus parler. Les mots qu’il prononçait n’étaient que dénués de sens. Ce pouvait-il qu’il ne soit pas vivant ? C’était assez incongru, même si la lumière de la lune laissait apparaître la pâleur cadavérique de son corps Lune ne pouvait soupçonner qu’il s’agissait là d’un mort. La distance qui les séparait, d’environ cinq mètres, semblait s’amoindrir, comme si la Terre les faisaient se rapprocher. Son flux de poison allant crescendo de son corps à la Terre. Il sentait ses forces le quitter. La constatation de la mort physique de ce jeune homme l’avait plongé dans un état de choc assez profond.

    Un dernier appel et son poison regagna son corps rapidement, enfants obéissant à une cloche familière qui annonçait l’heure du repas. Il tomba à la renverse, ses yeux se fermèrent. Etait-il mort ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Dim 5 Oct - 16:02

    Ce qu’avait remarqué le vampire au fil du temps, c’était que les générations se faisaient de plus en plus méfiante, alors que dans ses premières années non vivantes, mentir avait été d’une facilité si risible ! Mais le faire en étant cru immédiatement, n’avait vraiment rien d’amusant. Mais pour le vampire, mentir était vite devenu une obligation par moment. Comme à celui-ci, où il avait été à deux doigts de se faire prendre. Il aurait été alors impératif pour Sean de se débarrasser du témoin gênant. Il aurait été rebuté à le faire, mais l’autre partie de lui-même n’y aurait vu aucun inconvénient. La bête aillant tué l’animal – si ce n’était le blond – aurait put c’être enfuie, ou autres. Certaines personnes avaient des dons ici, d’après ce qu’avait entendu le vampire, et la possibilité que le coup eut été fait par quelqu’un en possédant un ne pouvait être mise de coté si l’on ne connaissait pas la vérité. A la réponse de l’inconnu, le blondinet à l’allure quelques peu mystérieuse, d’où s’échappait une sorte d’aura dangereuse arqua un sourcil. C’est fou ce qu’il pouvait paraître un peu – très légèrement – plus humain lorsque son visage daignait s’animer. Le coin de ses lèvres vint à s’étirer, mais seulement le droit, creusant une fossette charmante sur sa joue, dans un sourire amusé. Un frère… il lui semblait en avoir eu un, mais ce n’était pas clair, sa ne lui revenait pas, et l’espace d’un instant il ferma les yeux. Son manque de mémoire vis-à-vis de sa vie humaine avait tendance à l’énerver, trop rapidement, beaucoup trop. C’était…Comme si il n’avait jamais vécu.

    « Là-dessus au fond des forêts, Le Loup l’emporte, et puis le mange, Sans autre forme de procès. »

    Le loup & l’agneau. Simple fable plutôt bien connue. Même si il nous venait de Londres, le vampire avait bien entendu parler de ce La Fontaine, et il aurait très bien pût dire sa phrase dans le dialecte du temps du poète, mais pour Sean, il ne s’agissait pas là d’un siècle oublié. Non, Sean n’allait pas le tuer pour une accusation poétique, sa l’amusait plus qu’autre chose. Le vampire fixait l’inconnu de façon si intense, comme s’il cherchait à l’hypnotiser. Cependant, ses yeux devenus trop clair à l’impact de la lune se baissèrent sur le sol, et ‘c’est là qu’il réalisa qu’un cercle c’était formé autour de l’humain. Il l’avait sentit avant de baisser les yeux, l’odeur du venin lui picotant de façon dérangeante le nez. Il faillit bien grogner au contact du parfum sur son sens olfactif, mais se retint de justesse. Quel humanoïde normal aurait put grogner de façon caverneuse sans que cela ne semble étrange ? Il avait donc bien fait, même si cela avait été limite. Contrôler ses instincts était son point faible. Ce qu’il remarqua ensuite, fut que le bel inconnu c’était désintéressé de lui, concentré sur autre chose. Sean essayait de décoder son visage, sans grand résultat. Suivant le regard du jeune homme, il se retrouva à fixer un arbre, qui se mit à jaunir & à mourir, ainsi qu’un chemin d’herbes qui menait au brun. Etait ce lui qui avait provoqué ça ? Nulle peur ne le prit. Si c’était bien lui, sa le fascinait. L’inconnu se reconcentra sur le Vampire, sans que celui-ci ne soit au courant de ce que l’autre tentait de faire. Il est vrai que s’il cherchait un signe de vie, des battements de cœurs, il ne trouverait absolument rien. Cela sembla faire paniquer l’homme, Sean entendait clairement son cœur s’accélérer quelques peu. Voila qu’il se mettait à perdre le fil de ses mots. Le buveur de sang fronça légèrement ses sourcils. On ne pouvait expliquer une telle chose de façon censée. Il y avait bien de très rare personne qui pouvaient faire baisser leurs battements, mais sa aurait paru trop peu probable. Autant feindre de ne pas savoir de quoi il parlait & de faire passer l’autre pour un fou aux idées des plus étranges.

    « Pardon ? Je suis sûrement la même chose que toi.»

    Une idée avait germé dans l’esprit de Sean, une façon de s’expliquer sans révéler quoi que ce soit de réel. Le vampire lisait la terreur dans les yeux de l’inconnu, comme si il était totalement paralyser par sa présence. Il est vrai que physiquement, il était mort, quoi que niveau intérieur, il n’était guère plus vivant que cela. Sean sentait que quelque chose allait se passer, et il vu l’homme s’étendre au sol. Il n’aurait eu aucun mal à le rattraper, cependant il n’aurait pas pu garantir que l’autre aurait la vie sauve par la suite. S’approchant de sa démarche gracieuse, comme s’il volait – et on aurait put vraiment le croire vu qu’aucun bruit n’émanait de ses pieds -, il s’accroupit à coté du jeune homme, humant l’air. Il aurait put s’en lécher les lèvres tellement cela l’attirait. Prenant quelques secondes pour calmer son deuxième lui qui bouillonnait à l’intérieur. Ses poings se serrèrent. Il voulait juste vérifier l’état de l’homme, bien que le plus sensé aurait été de se sauver, de fuir, et peut être qu’a son réveil il aurait cru rêver. Mais tant pis, il ferait croire qu’il l’avait trouvé ainsi. Sa main droite vint à frôler le visage du jeune homme, sans jamais le toucher cependant. Mais même ainsi, il devait sentir la froideur glaciale qui émanait de lui. Il avait beau vouloir montrer le contraire & s’éloigner des gens par sécurité, il ne voulait de mal à personne, et ainsi penché sur l’homme, il cherchait une solution, l’aider sans le toucher, n’appréciant pas vraiment que l’on sente le contact arctique de sa peau. Un grognement inhumain, caverneux, à vous glacer le sang sortit de sa gorge. Être impuissant dans ce genre de cas était vraiment très contrariant & énervant dans son cas. La soif commençait à l’envahir, et ses yeux bleus se dégradèrent vers le doré, bientôt, ils deviendront noirs. Par bonheur, Lune n’était pas blessé, sinon, cela ferait longtemps qu’il ne serait plus.

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune C. Eleanor

avatar

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 17/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Sécrète un poison contaminant par simple contact physique
RelationShips.:
Are You In Danger?:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Dim 5 Oct - 20:56

    Voix inconnue » Réveille toi Lune.

    Qui parlait ? Dormait-il ? Sûrement pas, ce n’était pas possible, et le bellâtre qu’il avait rencontré ? Celui là même dont le cœur ne battait plus ? Non c’était inenvisageable, après tout les morts-vivants c’était bon pour les films et pour les livres de science-fiction ! Non il fallait qu’il se reprenne, il était forcément conscient ! Ou peut-être… Peut-être que l’autre l’avait tué ? Sentant qu’il allait trouver la clef de son secret il aurait profité de sa chute pour le tuer… C’était presque logique, banal, un scénario digne des pires films de série B.

    Voix inconnue » Réveille toi Lune !

    Qu’elle s’arrête, qu’elle le laisse en paix, bon sang ! Pourquoi ne pouvait-il pas être mort en paix ? Et quelle était cette résignation soudaine ? Etre mort était-ce là un sort enviable ? Etre mort sans avoir livré bataille ? Quelle était donc cette lâcheté dont il faisait preuve ?

    Voix inconnue » Réveille toi !

    Le silence était de plus en plus rapidement coupé par les interventions de cette voix mystérieuse. Et puis, comment voulait-elle qu’il se réveille s’il était mort ? Et si, s’il n’était pas encore tout à fait mort ? S’il avait encore le choix ? Ce maudit inconnu méritait de souffrir avant que lui ne meure. Oui il devait subir un nouveau courroux.

    Voix inconnue » REVEILLE TOI !

    Ce ton aussi impératif lui rendait ses esprits. Pourquoi punir ce garçon alors qu’il n’avait peut-être rien à voir avec sa mort potentielle ? Il se sentait tellement mal dans sa tête que ce poison tentait de prendre le pouvoir, et si, une seule et unique fois il le laissait prendre le contrôle que se passerait-il ? Une sorte de double personnalité ? Plus puissante, plus machiavélique que lui ? Il ne fallait pas que quelqu’un ait à subir une telle chose. Du moins pas tant qu’il n’aurait trouvé personne apte à supporter les douleurs que Lune était susceptible d’infliger.

    Voix inconnue » MAINTENANT !


    Comme envolée la voix s’était évaporée à l’instant même où ses yeux s’étaient ouverts. Son regard se porta sur le jeune homme qui était au dessus de lui. Qu’allait-il lui faire ? Le tuer ? Non, non, non, ce n’était pas juste, pas maintenant alors qu’il venait d’échapper à cette mystérieuse voix ! Les traîtresses étaient là, il sentait leur morsure sur sa joue. C’était donc ça la morsure d’un poison humain ? Les larmes coulant sur ses joues était la plus horrible des tortures. Cette humiliation totale le dégoûtait.
    Lune » T’es pas humain !

    Cette rage dans sa voix était sûrement le fruit du travail du poison. Sa colère conjuguée à sa honte laissait place au poison, comme si un combat entre eux deux s’était engagé. Les assauts du poison le faisait reculer toutes les secondes un peu plus. Ses ordres mentaux concernant le poison ne pouvaient plus fonctionner, il n’était même pas assez fort pour se retenir de pleurer. Aussi la totalité de la puissance machiavélique de son don combattait le peu d’espoir qu’il avait en lui. A cet instant précis, il aurait voulu mourir. Mais il savait désormais que la mort lui était interdite par ses propres moyens. Son poison l’avait condamné à jamais à une totale insensibilité à tout empoisonnement possible. Cette constatation le tuait peu à peu.

    Lune » Je ne crois plus l’être non plus.

    L’effroi n’était plus là, la haine n’était plus là, la colère non plus, seule restait sa déception, sa sale et unique déception. De lui même, de son pouvoir, de cette perte de contrôle.

    Lune » Mais moi, je suis en vie. Je sais que tu ne l’es pas, je le sens. Qu’es-tu donc ?

    Son ton était plus doux, plus velouté, la victoire n’était pas acquise, il ne bataillait plus voilà tout. Sa seule idée maintenant était que le Poison était seulement un allié, ils étaient ensemble, et maintenant rien ne lui retirerait cette foutue vie et cette petite malédiction.



[J't'ai emprunté ta mise en page ! Désolé ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Lun 6 Oct - 19:19

    [ Y a pas de mal Wink ]

    L’inconnu bougeait légèrement pendant son sommeil, enfin, il ne dormait pas, mais c’était plus facile de nommer cela ainsi. Sa chute de tension, qu’avait perçu le vampire juste avant que le jeune homme ne tombe, était, sans aucun doute, la source du malaise. Il avait eu une crise de panique assez forte pour le faire s’évanouir, simplement en constatant que Sean n’avait aucune chaleur humaine. Mais, ne percevant pas les pensées d’autrui, le buveur de sang savait juste qu’il avait paniqué, eu une chute de tension & que le résultat était là. Il ne pouvait se résoudre à le toucher, quoi que, peut être que le contact d’une peau anormalement gelée & dur comme du marbre l’aurait réveillé. Oui, son épiderme n’était pas que froid, il était également plutôt dur. On pourrait se casser la main en essayant de le frapper. Les vampires avait certains avantages voyez vous. Par exemple, ils étaient dotés d’une vitesse & d’une puissance accrue.

    Alors que Sean allait enfin se décider à tenter quelque chose pour le réanimer, l’homme ouvrit ses beaux yeux bleus. Le vampire se releva avec une souplesse & une rapidité qui pourrait faire ouvrir grand les yeux à certains. Sa semblait tellement naturelle pourtant sur lui. Par bonheur, l’autre ne sembla pas repérer que ses yeux brillaient désormais d’une magnifique couleur doré. En étant près de lui, Sean avait vu les larmes qui coulaient sur les yeux du bellâtre, et il avait beau se creuser la tête, il n’y voyait pas vraiment de raisons, mais comme dit précédemment, il n’était pas dans ses pensées. L’autre lui dit alors qu’il n’était pas humain, d’un ton plutôt exclamatif, une conclusion, pas une question.

    « Je suis tout aussi humain que tu peux l’être. »

    La sûreté de la voix du buveur de sang pouvait étonné, et pour lui, il mentait, car il était loin de ce considérer comme un être vivant. Non vivant, mais non mort. N’était ce pas là la description d’un zombie ? Bref. L’autre avoua cependant qu’il doutait sur ce qu’il était. Sean lui, était sûr de ne pas être vivant, mais sa phrase, bien que légèrement froide, comme si il n’appréciait pas qu’on l’accuse d’être autre chose, avait paru pensé. La chose qui c’était répandu sur le sol était revenue dans le corps du jeune homme juste avant qu’il ne tombe, et dire que cela n’avait pas intrigué le vampire serait mentir.

    « Cette chose, elle venait de toi n’est ce pas ? »

    C’était une question sans l’être, comme si il n’espérait pas vraiment de réponse.Après tout, lui il donnait tellement d’explications aux phrases du bellâtre. Le Londonien vieux de plusieurs siècles était bien plus près qu’avant de l’inconnu, ce qui semblait loin de rassurer ce dernier. D’ailleurs, celui-ci vint à dire qu’au moins, il était certains d’être en vie, tout en affirmant que Sean ne l’était pas, qu’il le sentait, et lui demandait, une nouvelle fois, ce qu’il était.Le vampire soupira, l’air légèrement d’être exaspéré par cette question. Laissant sa tête retomber quelques secondes en arrière pour observer la lune. Si brillante, si ronde, si clair, et les reflets qu’elle donnait à son visage et ses yeux dorés pouvait être qualifiés de magnifique, si ses traits n’avait pas quelque chose de purement dangereux. Sa tête se tourna alors vers Lune, d’un air statuaire, délicieusement effrayant. Il avait beau être effrayant dans ses attitudes par moment, certains avouaient qu’il était dur de le lâcher des yeux.

    « Es tu sûr de vouloir le savoir ? »

    Un sourire amusé se dessina sur le coin des lèvres du Britannique, comme si cette phrase n’avait été qu’une blague, un truc sorti comme sa, qui n’avait pas de réelle importance et n’était là que pour le faire paniquer un peu plus. Quoi que là, l’autre semblait plus calme, le ton velouté et doux qu’avait pris sa voix sembla agir sur celle du vampire, qui se fit moins de glace et plus d’un ténor jeune, et certes, plus agréable à l’entente.

    « Ne t’es t-il pas venu à l’esprit que j’eusse un don comme certains prétende en posséder en ville ? »

    Lança t-il tout naturellement. Effectivement, cela était plutôt bien pensé. Quand je vous disais que pour ne pas avouer, il trouvait toujours des idées. Il ne tenait pas à ce que son petit –gros- secret ne se fasse connaître de tous ! Ah sa, hors de question. Et puis, il vivait – vivre est un trop grand mot vous savez…- plus tranquillement lorsque personne ne le savait, ce n’est pas faute d’avoir essayé.

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune C. Eleanor

avatar

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 17/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Sécrète un poison contaminant par simple contact physique
RelationShips.:
Are You In Danger?:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Mar 7 Oct - 22:38

    Pourquoi mentait-il encore ? N’avait-il donc toujours pas compris que ça ne prendrait pas avec Lune ? Il était trop fin menteur pour ne pas comprendre. Tous ces systèmes de défense rudement enclenchés pour ne pas que l’autre pénètre son cocon. Lune connaissait ça, Lune vivait comme ça, en se protégeant de tout le monde, pour la simple et bonne raison qu’il n’avait rien de plus fragile que sa confiance en lui. Une attaque même faible réussissait à le briser quand il mettait son cœur à nu. Ainsi, il avait paré de mécanismes complexes à déjouer son cœur pour que sa fragilité soit compensée par la difficulté que pouvaient éprouver les gens à l’atteindre. Il connaissait cette façon de penser, cette même méthode qui consistait à se mentir et à créer pour autrui des armes d’une puissance qui semblait destructrice. Erreur, tant sur l’objet que sur la personne. Cette arme qui nous semble si puissamment acérée ne l’est-elle pas simplement que pour nous ? Et ne procure-t-elle pas en fait une sensation de sûreté qui l’associe ainsi à une défense efficace ?

    L’humain a peur du regard de l’autre. C’est ainsi que sont nées les inhibitions, par crainte que l’autre n’use d’une différence de jugement pour nous blesser. Les haines, de tout types ont rapidement suivi le mouvement. Ainsi depuis la nuit des temps, l’instinct de défense prime sur la race humaine et la capacité à blesser autrui tant physiquement que moralement permet d’obtenir un respect et ainsi une certaine défense. C’est comme ça que Lune voyait son don maintenant, comme une arme maîtresse dans la quête de sa propre défense. Il avait compris ? Déjà ? Comment… Ce n’était pas possible ! Il n’avait pas pu comprendre alors qu’il n’était qu’un simple idiot mort. Cette chose ! Ce n’était pas une chose, c’était son seul moyen pour survivre.


    Lune » Ne m’appelle pas CHOSE !

    Le poison revenait à l’assaut, tellement puissant qu’il prenait le contrôle de l’esprit de Lune. Le faisant parler à la première personne. Troublante sensation que celle d’être contemplatif de ses propres actions, à cet instant Lune regardait l’entité qui accompagnait le poison, cette sorte d’intelligence et de volonté qui lui obéissait mais qu’il laissait agir en contrepartie. Le blond serait forcément choqué, s’il était un tant soit peu normal, de cette rage qui se dégageait de lui. Un léger regard à sa peau lui fit remarquer que la prise de pouvoir de son Autre avait recouvert son épiderme d’une couleur mauve. Le poison ressemblait à une aura à cet instant. Un ordre mental fut prononcé et Lune reprit le contrôle de la situation.

    Lune » Je VEUX le savoir. Je sais que tu n’as pas de don ! Tu ne peux pas être mort et être là devant moi ! Qu’es-tu donc ?

    Etait-il complètement fou ? Ou était-ce passager ! Il préférait marquer une distance entre lui et ce jeune homme si terrifiant. Faisant appel à l’Autre il ordonna qu’il libérât une quantité de poison assez importante pour tuer toute vie dans une circonférence d’un mètre environ, puis de le recouvrir de cette sorte d’aura qu’il avait vu précédemment. N’espérant pas trop une réussite de ce plan bizarre Lune fut néanmoins très agréablement étonné de voir la lueur mauve apparaître sur sa peau et la nature mourir autour de lui.

    Lune » Répond ! Abreuve sa soif de curiosité sinon je ne suis pas sûr de le maîtriser longtemps !

    Un mensonge vous dîtes ? Il n’était plus question de mentir, la vérité était parfois bonne à dire. Et Lune ne mentait pas, son Autre était toujours là guettant l’ouverture qui lui permettrait de lancer toute une vague de poison sur l’autre garçon. Comme si tout ça ne suffisait pas Lune sentait que chaque instant qui passait sans que l’inconnu ne donne une réponse renfonçait la puissance du désir d’attaque de son Autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Mer 8 Oct - 19:48

    Le regard du vampire vira au noir, et c’est à ce moment précis que Sean changea. Son regard se faisait plus dur, et son air plus dangereux que jamais. Un sourire mauvais se dessina sur son visage de marbre, on aurait put jurer une statue, il ne respirait même plus. De toute manière, pour les buveurs de sangs, respirer n’était qu’une habitude, et pas une nécessité. Le corps du jeune homme était comme partagé en deux, d’un coté, vous aviez celui qui ne voulait du mal à personne, et continuer son existence le plus paisiblement possible. Et de l’autre, un tueur, un manipulateur, qui aimait effrayer quiconque l’approchait. Lorsque Lune lui cria à moitié dessus, le vampire fit plusieurs pas dans sa direction, toujours sans aucun bruit de la part de ses pieds, et vu que la clairière était emplis de brins d’herbes humides, de roches, on aurait dû percevoir quelque chose, mais rien, nada, comme s’il ne bougeait pas d’un pouce.

    « Je t’appellerais, comme l’envie m’en prendra. De plus, tu ne m’as pas donné de quoi t’identifier autrement.»

    Son ton était redevenu de marbre, totalement glacial, dangereux, comme si il préparait quelque chose. Sa voix avait été presque caverneuse, grave, bien masculine, mais à vous en faire dresser le poil des bras. Ne surtout pas donner d’ordres à ce coté là de Sean, enfin, sa changeait tellement de celui qu’il était naturellement, que c’était une personne à part entière, une sorte de schizophrénie, sauf que Sean était bien au courant de devenir comme ceci & qu’il essayait de l’être le moins possible. Simplement, il ne se contrôlait nullement dans ses moments. L’autre semblait contenir mal une rage qui l’habitait plus chaque seconde. Sa peau avait également viré au violet, et d’après ce qu’avait put voir Sean sur la végétation, c’était un poison. Les dons des gens de la ville étaient beaucoup moins puissants sur les buveurs de sang d’après ce qu’il avait entendu.Et puis de toute façon, ce coté de lui était légèrement suicidaire, mais également plus puissant, il n’hésitait nullement à se servir des pouvoirs que lui procurait sa race. Cet autre qui l’habitait tenait du sadisme & de la passion du sang. Il était un vampire, et IL en profitait jusqu’au bout. Mais au fond, n’était ce pas Sean qui était ainsi, et pas une autre personne comme il le disait ? Voila que Lune se permettait de lui donner un nouvel ordre, enfin, on aurait plutôt dit un caprice d’enfant aux yeux du vampire vieux des plusieurs millénaires.

    «Effectivement, si j’étais mort, je ne serais pas devant toi. »

    Son ton était presque devenu moqueur, du genre ‘ belle déduction’. IL le cherchait ? Non.Il le testait, voir jusqu’ou il pouvait le pousser, si ses remarques avait un impact sur lui, en gros, ce qui pouvait le toucher ou non, un peu comme lorsque l’ont veut manipuler quelqu’un et qu’on apprend avant à connaître ses réactions. Tuer toute vie alentour ? Oh bien lui aussi pouvait le faire, et en quelques secondes. Mais comment tuer quelqu’un de non vivant ? La nature commença à mourir autour d’eux, et un léger sourire en coin se nicha sur les lèvres du jeune homme.

    « Je ne gagnerais rien à nourrir ton petit caprice. Ce que je suis ? Bien, je pourrais te le dire, après tout, je suis sur que tu ne le répèteras pas, étant donné que deux personnes ne peuvent garder un secret que si l'une d'elles est morte. »

    Sean ressemblait de plus en plus à un vampire, ou, pour ceux ne connaissant pas cette race, à ce qui pourrait s’en rapprocher de façon humaine, une sorte de tueur prêt à vous bondir dessus. Il avait soif. Son regard ne perdait pas des yeux Lune, et, la seconde suivant, Sean se retrouva derrière Lune, sans pour autant le toucher, lui murmurant simplement à l’oreille d’une voix froide mais hypnotisante & loin d’être rassurante.

    « Crois tu que tu pourrais m’échapper ?»

    Puis, il ne fut plus derrière le jeune homme, mais évaporé on ne sait où, enfin pour l’œil humain. Il ne faisait que courir à vitesse impressionnante, et un tronc d’arbre mort éclata d’un seul coup avant que Sean ne soit aussi immobile qu’une statue, sans respirer, prêt a bouger cependant, et ce regard qu’il lançait sur Lune…Si étrange, comme si il était devenu, l’espace de ce moment, la seule chose qui requiert toute son attention.

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lune C. Eleanor

avatar

Nombre de messages : 151
Date d'inscription : 17/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Sécrète un poison contaminant par simple contact physique
RelationShips.:
Are You In Danger?:
10/100  (10/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Mer 8 Oct - 21:56

    C’est quand le fil des événements vous échappe que vous remontez en arrière, en voyant ce que vous avez mal fait. Quand vous avez compris ce qui vous a trahi vous avez assez de recul pour oublier et pour avancer plus vite et plus loin. A cet instant Lune était incapable d’avancer, pour la simple et bonne raison qu’il sentait sa vie se dérober petit à petit, comme si Sean avait scellé son destin. Car quoi rien d’assuré, Lune pouvait encore se défendre. Il le savait, l’autre le savait. Mais ça ne semblait pas lui faire peur. Lune devait-il comprendre par là que son don ne tuerait pas Sean ? Très bien.

    Comment se sortir d’une impasse alors qu’il sentait très bien que la situation était terriblement à son désavantage. La réponse ne fut pas longue à venir, l’Autre. Si l’impasse était avérée l’Autre créerait un trou dans le mur. A la simple mise en place de ce plan l’entité qui vivait en lui se manifesta. Le plan lui convenait parfaitement, à partir de l’instant où Il avait son utilité dans la suite des actions tout lui convenait. Lune se retira donc pour laisser l’Autre faire. Il contrôlait parfaitement son « corps » qui était en fait tout le poison que Lune pouvait sentir circuler en sa propre enveloppe corporelle.

    Tout sentiment positif était maintenant dissipé, l’Autre avait les choses bien en main. Lune, spectateur de la suite des événements, se demandait à quel point ce poison était malléable. Devant ? Derrière ? Il se déplaçait si vite ! C’était dont là ce dont il était capable ? Impressionnant. L’Autre chassait peu à peu les raisonnements de Lune. Donc il courait vite et était très fort ? Rien d’insurmontable, mais était-ce bien tout ?

    L’autre s’était bien amusé à ses dépends de ses mots un peu hasardeux. Mais Lune, Lune n’était plus là, maintenant c’était l’Autre qui parlerait. Une valeur plus sûre, une détermination plus redoutable et une incomparable envie de faire souffrir.


    L’Autre » Appelle moi Autre. Et ne plaisante pas ainsi. Tu lui as sacrément fichu la frousse, il en perdait le fil de ses pensées ainsi que sa cohérence.

    Un rire cristallin qui vous aurez sûrement entraîné avec lui, mais qui ici vous aurez plus facilement donné la chair de poule tellement la démence semblait prendre écho en lui. Son regard transperçait la noirceur des ténèbres nocturnes, telles deux flammes consumant de l’encre. Autour de son corps ondoyait une aura mauve qui ne laissait rien présager de bon. Quand les mots parvinrent à ses oreilles Lune voulut donner une réponse négative, il semblait évident qu’il ne pourrait pas s’échapper mais les mots qui sortirent furent tout autres.

    L’Autre » Si je me sens en danger ? En somme quelque peu. Mais ne crois pas un instant que je me sente piégé.

    Son sourire ne s’estompa pas, même quand il comprit que la seule façon qu’il aurait pour s’échapper était d’asséner une décharge de poison mortelle pour un troupeau d’éléphants. Une telle décharge serait insupportable pour n’importe qui, même avec un corps mort. Le poison contractait et broyait les muscles. L’Autre savait qu’en faisant ça il devrait courir, vite en laissant des factions prêtes à assener une autre décharge sur le garçon.

    Jouer au chat et à la souris n’a jamais été une chose difficile. Surtout quand une entité étrange contrôle votre corps et qu’elle manipule un poison terrible mieux que vous ne manipulez vos propres doigts. Pouvant l’étendre sur une longue distance le faire changer de direction, diviser son épaisseur. L’Autre avait cet avantage qu’il avait une conscience infinie, quand il envoyait un fil de poison à la poursuite d’un corps, quelle que soit la direction que prenait le corps, l’Autre pouvait moduler la trajectoire, empêchant l’autre de s’échapper.


    L’Autre » Laisse moi te montrer, comment je pourrais m’enfuir...

    Une explosion, plus silencieuse que toute autre, dans la nuit noire on vit partir dans toutes les directions des fils violacés, partant à la recherche de ce garçon, une fois qu’un l’aurait saisi il le clouerait sur place et d’autres se rapatrieraient sur le corps, en attendant l’Autre faisait avancer le corps de Lune assez péniblement. Pas qu’il eut des difficultés à manier le corps mais il guettait un mouvement pour lancer dans cette direction de nouveaux fils d’or mauve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sean Wilson

avatar

Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 28/09/2008

{ BEHIND YOUR MASK.
Dons.: Vampire.
RelationShips.:
Are You In Danger?:
0/100  (0/100)

MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   Ven 10 Oct - 14:35

    Le défaut du deuxième Sean, c’était qu’il fonçait trop tête baissée, alors que le véritable réfléchissait à chacun de ses gestes & les effectuaient sans aucun faux geste. Trop sur de lui, à l’ego démesurée sous cette forme la, sous cette personne là. Et tout sa se ressentait dans son attitude hautaine, ses airs supérieurs, et son ton, à la fois glacial & trop sur de ce qu’il pouvait bien avancé. Non, le don de l’autre n’allait pas le tuer. Le picoter, le brûler, sûrement, mais sûrement pas le tuer. Déjà que Razel, en sadique né ne manquait pas une occasion de s’en prendre à lui, alors ce n’était pas un humain, aussi puissant soit il qui allait le faire faillir. Trop de fierté pour abandonner, le deuxième Sean était toujours allé jusqu’au bout – tant que le véritable ne le troublait pas -, même lors de combats entre vampires, il pouvait ne plus pouvoir bouger d’un cil, qu’il se massacrerait à continuer.

    Face à lui, ce n’était plus le simple humain, et cela se sentait, à dix kilomètres, surtout pour le vampire. Cette odeur de poison qui lui piquait le nez désagréablement. Ce n’était pas vraiment nauséabonde, mais c’était fort, un peu comme du piment, enfin, bien pire que cela au niveau odorat. Bref. Il semblait plus téméraire tout à coup, ce corps de chair et de sang qu’il avait face à lui. Etait il comme lui ? A avoir une sorte de double personnalité depuis son changement ? Enfin, découverte de son don dans le cas de l’humain. N’être que spectateur de ses propres faits et gestes, ne rien décider, et surtout, ne pas reprendre le contrôle assez vite pour éviter l’inévitable.

    Il voulait qu’il le nomme l’autre ? Ah je suis désolé mon bon messieurs, mais ce nom est déjà utilisé pour un monstre incontrôlable et à la recherche de son cocktail du soir. Le sang humain donnait tellement plus de forces que celui animal. Et il était surtout bien meilleur au goût. Le vampire avait d’ailleurs trouver l’odeur de l’humain bien attirante au début, mais avec le poison qui régnait, elle était plus désagréable qu’autre chose voyez vous.

    « Désolé mais cette requête ne peut être satisfaite, ce nom étant déjà utilisé par la « personne » face à vous. Pauvre petit humain, une simple peur & il ne sait plus rien faire. »

    Il parlait bel et bien de Lune, et pas de celui qui voulait être nommé Autre. Ce faux Sean, ou cet Autre, c’était du pareil au même, avait toujours détesté les sentiments les plus humains, comme par exemple la peur, lui, dans sa fierté & sa race, était durement destructible & la peau avait rapidement quitté le corps du vampire. Sean lui, il était bien plus humain que sa. Il ne voulait surtout pas effrayer, quoi que, il ne cherche pas à protéger les gens, c’était juste que d’être observé comme un monstre ne lui plaisait pas.

    « Tu as beau te montrer des plus surs de toi, tu ne sait absolument de quoi je peut être capable, et surtout le sort que je peut te réserver. En retour, j’avoue que je suis loin de connaître l’étendu de ton pouvoir, bien que son odeur me brûle le nez. »

    Le vampire huma légèrement l’air avec un air de dégoût, comme pour appuyer ses paroles. C’est alors que des milliers de fils violacées partirent de tout les cotés, mais Sean, enfin, valait mieux ne pas le prénommé comme sa vu que ce n’était pas réellement lui, n’était déjà plus là. Où alors ? Quelque part où il ne se ferait pas toucher, il courrait à une telle vitesse qu’il pouvait être à des kilomètres en cinq minutes. Simplement s’enfuir était loin d’être sa façon de procéder. Il était irrepérable à l’œil humain, ni même à l’ouie. Simplement d’un seul coup, il fut à quelques centimètres de Lune, mais encore une fois, ils emblait avoir changé de caractère pour redevenir le blondinet qui luisait sous la lune du départ.Apres avoir crié un « Arrête ! » à lui-même, en parlant à l’Autre qui l’habitait lui, il se prit, bien entendu, vu qu’il était figé, un des fils violacés qui se colla a son bras, et la brûlure, il la sentait bien. Sean se contenta de grimacer, pour l’instant les autres fils lui passant à coté tandis que le premier restait collé à son bras.

    « Je ne te veux pas de mal. »

    Sa sincérité était troublante. Sa voix n’avait plus cette pointe de fierté et de supériorité. Une voix humaine, adoucie, et légèrement moins glacials emblait-il. IL ne mentait pas, ce n’était pas lui qui voulait du mal à l’humain, mais l’autre qui l’habitait. Sa va devenir compliqué au bout d’un moment. Sean tremblait, mais c’était parce que l’Autre – lui – cherchait à regagner le contrôle une nouvelle fois. Le fil violacé commençait à se répandre sur son bras c’était douloureux, mais pour le moment moins que ce que Razel pouvait bien lui faire.

_________________
« Alea jacta est...»

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'est le moment où la lune réveille Le vampire blafard sur sa couche vermeille.[PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ciara Faith Keegan ? It's the moment to lie for the Huntress of Vampire
» Ciara ? It's the moment of truth for the Huntress of Vampire
» Un soir de pleine lune
» Les taches de la lune
» Comprendre la lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nothing Else Matters :: ▪ AROUND WICHITA FALLS ▪ :: CHEROKEE FOREST-
Sauter vers: